Famille d'accueil

Pour une bonne évolution psychologique du chien pendant son apprentissage, la vie en famille est la solution rêvée, car elle le préserve du stress généré par un séjour prolongé en chenil.
 
Nous recherchons donc des familles (en Île de France) qui accueilleraient chez elles et selon leurs disponibilités, soit un chiot de 2 à 12 mois soit un chien adulte en cours d’éducation :
 
- Le soir en semaine (uniquement près de Nangis ou Coulommiers -de 10 km)
- Le week-end (près Nangis et Coulommiers - de 50 km)
- Ou pour de courts ou longs séjours.

 

Pour les chiots , les éducateurs se déplacent chez vous pour vous enseigner les bases de l'éducation.
 
 Nourriture, soins vétérinaires et conseils sont assurés par l’association.
 
         En devenant famille d'accueil, vous participerez à la chaîne de solidarité que nous tissons autour des                                                                                 personnes atteintes d'un handicap visuel.

                                                                                         Contactez-nous !

 


Témoignages


 

 

En 2014, cela fera 21 ans que je suis famille d’accueil ! J’ai accueilli mon premier chiot en 1993 parce que j’ai été sensibilisée à la déficience visuelle par une connaissance. Depuis je n’ai jamais arrêté. Quand je rends un chien à l’Association, je demande à avoir un nouveau chiot très vite ! C’est devenu un besoin ! Il arrive que les déficients visuels nous donnent des nouvelles des chiens que nous avons élevés. Nous élevons des chiens pour rendre service à d’autres personnes, c’est un choix de vie ! 


               Christiane Sarazin, tutrice de : Fendi, Fanta et maintenant, Hippie. 


Karma, c'est le nom de la chienne que le C.I.E. nous a confiée. Mais elle aurait dû s'appeler « Pot de colle » tellement elle est attachante et nous suit partout. De la cuisine à la salle-à-manger, en passant  par la salle de bain et même les toilettes ! Elle voudrait venir partout mais ce n'est pas possible quand on est un Briard aux longs poils, que l'on aime l'eau (et se tremper dans les flaques) et que l'on va  devenir chien guide d'aveugle.

 

La mission - pas impossible -, que nous avons acceptée, est de sociabiliser ce chiot de 3 mois. En d'autres mots, lui apprendre les bonnes manières. Entre autres :

- ne pas monter sur les canapés : la maline se trouvait toujours tout de même une petite place entre les chaises que nous mettions sur le canapé pour l’empêcher d’y monter la nuit. Maintenant, à 9 mois, son panier lui suffit.

- ne pas aboyer : c'est un chien guide, pas un chien de garde !

- ne pas réclamer quand ses maîtres mangent : on ne va tout de même pas lui mettre une assiette !

- faire ses besoins dans le caniveau : pas facile à la campagne où il n'y a ni trottoir, ni caniveau : l'éducateur va nous maudire !

- l'amener partout le plus possible avec son dossard: dans les magasins, les restaurants, en voiture, dans le train, le  métro, chez les amis, en vacances à la mer (Karma la gueule ouverte façon baleine qui récolte du plancton nous a bien fait rire – moins la nuit suivante quand il a fallu la faire sortir d'urgence, l'eau salée ayant fait effet !)

- marcher en laisse : dans les champs et en ville pour qu’elle n'ait peur ni des bruits, ni des odeurs. En profiter pour lui  apprendre des ordres simples «  à droite » , « à gauche », « stop », « cherche les lignes » (on a l'air parfois ridicule quand les passants nous regardent bizarrement ! « ben oui, les lignes, le passage piétons ! »)

- jouer avec elle : façon gâteux « la baballe, va chercher la baballe »

 

La mission, c'est aussi lui donner beaucoup d'amour. Ça, c'est le plus facile, elle est si mignonne et attachante que cela ne   demande aucun effort.

 

Pour faire simple, nous devons apprendre au chien les bases pour qu'il soit équilibré, heureux et prêt à apprendre son futur métier de chien-guide d'aveugle.

 

Aujourd'hui, Karma a 9 mois. C'est la première fois que nous gardons un chien à l'année. Les gens à qui nous racontons cette aventure nous disent souvent qu'ils ne pourraient jamais faire ça car la séparation doit être une déchirure. Probablement,   surtout pour les enfants. Mais nous le savons dès le début. Nous savons que Karma fera le bonheur d'un malvoyant et qu'elle sera heureuse avec son nouveau maître. Nous faisons également confiance à Éric, l'éducateur, pour continuer à suivre Karma dans sa « vie professionnelle » comme il l'a toujours fait. Il saura aussi nous trouver rapidement un autre chiot pour qu'une nouvelle aventure commence."

                                                                 

                                                                                                            M. et Mme GROS

 


 

Nous avons deux antennes  Coulommiers (77) et Nangis (77). Nous nous déplaçons également dans toute la région parisienne .

Vous aussi, devenez famille d'accueil !
Prenez contact avec nous

et nous choisirons ensemble
quelle solution vous correspond le mieux !